Magazine Contact #20 - Magazine - A propos de nous - Concept Wiesner-Hager - fabricant de mobilier de bureau
back

Affamé de design

Magazine Contact #20

Un Slovaque, depuis la République Tchèque, a gagné sa place parmi l’élite mondiale des concepteurs de produits : Boris Klimek, avec sa collection pour zone centrale element fait son entrée dans les collections de Wiesner Hager. Pour Contact, il ouvre les rideaux de son atelier et offre un aperçu de son univers.

Boris Klimek, à 31 ans tout juste sonnés, vous appartenez encore à la jeune génération de la scène du design. Au regard de votre oeuvre et des récompenses obtenues, vous pouvez nous faire profiter de votre expérience. Pouvez- vous s’il vous plait revenir sur votre parcours ?

Klimek : Oh, en fait j’aurais pu creer plus de produits et mener plus de projets ! Cependant, apres l’obtention de mon diplome il fallait bien d’abord que je gagne ma vie et j’ai donc travaille trois ans pour un atelier de design. Depuis un an je suis independant et concois mes propres produits. 

Né en Slovaquie, vous avez établi votre port d’attache à Prague. Qu’est-ce qui vous a attiré vers la capitale tchèque ?

Klimek : J’aime beaucoup ma ville natale, Martin (Slovaquie), mais je n’aurais pu en tant que designer y prendre mon essor et m’y epanouir. En Slovaquie, tout est tres sclerose et verrouille a l’encontre des jeunes createurs qui pourraient apporter un vent de fraicheur. A travers mes etudes a l’Academie des Arts, de l’architecture et du Design (UMPRUM), j’ai decouvert Prague et le monde du design. Ici, on peut faire bouger les choses ! 

Selon vous, que pèse Prague sur la scène du Design au plan international ?

Klimek : Ces dernieres annees, on voit toujours plus de projets presentes par des designers tcheques a Milan, la plupart appartenant a l’elite mondiale. On voit bien qu’il y a la un potentiel egal, sinon superieur, a ce qui existe ailleurs.

Comment cela ? 

Klimek : Parce que nous avons a coeur de raviver ce que l’influence du communisme avait tue. 

Vous avez déjà reçu des prix nationaux pour le programme element dédié aux zones centrales. Comment l’expliquez-vous ?  

Klimek : J’etais au bon endroit au bon moment, chez le fabricant de meubles rembourres Mminterier, afin de concevoir le tabouret Shaggy. Le directeur de la societe Miroslav Maňas remarqua mon projet pour element et pensa que c’etait, dans la collection, le chainon manquant que l’on pouvait destiner aux zones centrales et aux open spaces. 

La zone centrale, tout en étant exemptée de contrainte, doit être polyvalente… Comment envisagez-vous le défi proposé par une zone centrale dans l’architecture d’intérieur ?  

Klimek : La zone centrale est un espace ou les gens passent de plus en plus de temps, pour ainsi dire un lieu de vie, elle doit donc etre confortable, pratique et offrir une palette de variables emotionnelles. element offre cette flexibilite, avec divers mobiliers supplementaires comme des tables, des etageres ou aussi des dossiers a hauteur variable. Tour a tour, element favorise la detente, le travail, ou offre un endroit pratique ou poser des objets.

Pour définir votre ligne conductrice, vous écrivez que vos conceptions doivent être ludiques et poétiques afin de stimuler la créativité et les émotions des gens. Que cela signifie-t-il pour le bureau au quotidien ?  

Klimek : Prenons par exemple ma collection Bunker. Ce produit pour zones centrales est juste un peu plus ludique que le programme element. Les utilisateurs peuvent modifier le mobilier eux-memes, en fonction de leurs besoins reels. Par exemple, pour etre seuls, ils peuvent litteralement s'y cacher. Mais ils peuvent aussi opter pour la configuration ouverte afin d’etre visible aux yeux des autres. 

Votre lampe stylisée Memory a également suscité un grand intérêt à l’échelle internationale. Qu’est-ce qui vous a amené à donner la forme de ballons de baudruche à des luminaires ?  

Klimek : Les ballons Memory sont issus de la soutenance de ma these universitaire explorant le theme de ≪ la poesie au quotidien ≫. Le point d’orgue en etait pour moi les souvenirs de l’enfance (C’etait egalement le cas avec le tabouret Shaggy). Les ballons n’etaient en rien destines aux seuls enfants, malheureusement les adultes n’osent pas y recourir pour leur propre usage. C’est pourquoi Memory connaitra incessamment sous peu une mise a jour dans des tons transparents noir et or. 

Dans le projet Frame, vous avez transformé une niche de salle de bain en galerie d’art. Quelle était votre idée ?  

Klimek : En collaboration avec la societe Aqua Trade je voulais entierement renouveler l’univers de la salle de bain. Je voulais concevoir un produit inedit. Une image c’est une figure encadree dont le contour est clairement defini. Dans une salle de bain il y a tant d’objets divers et varies qu’on ne sait plus sur quoi il faut se concentrer. Nous les cantonnons dans un cadre et conseillons au client de ne rien ajouter a droite ou a gauche. C’est la meme chose que pour un tableau dans une galerie d’art, ca doit pouvoir respirer. Frame presente un espace clos et ne necessite pas de carrelage adapte. Autour on peut appliquer un enduit. Frame c’est une galerie d’art a la maison. 

Quelle a été la commande la plus difficile à ce jour ?

Klimek : Assurement une presentation sans collaborateurs attitres, ceci a l’exposition Cisal a Bologne en Italie. Nous avions l’opportunite d’amenager une surface de 100 metres carres au milieu de laquelle tronait une affreuse construction metallique. D’autres tenterent de la dissimuler. Mais nous non, et nous avons fait d’une contrainte un allie. Nous avons cree un environnement ou le visiteur pouvait se sentir comme dans la nature et y vivre une histoire. En arriere-fond sonore resonnaient des chants d’oiseaux compiles par un ornithologue. Le resultat : notre stand fut invite par les meilleures expositions autour du monde.

S’abonner au magazine !

Etre toujours au courant grâce au magazine.