Magazine contact #32 - Magazine - A propos de nous - Concept Wiesner-Hager - fabricant de mobilier de bureau
back

Une ivresse comme jadis.

Magazine contact #32

Dans une ancienne fabrique d'opium de Shanghai, on travaille désormais dans la joie et les couleurs. Le prestataire de services de coworking new-yorkais WeWork, en collaboration avec la société de design chinoise Linehouse, a créé une éblouissante scène “rétro-tropicalo-orientale“.

L'opium occupe une place majeure dans la culture chinoise depuis la dynastie Qing. Au XIX et au début du XXe siècle, lorsque le commerce de l'opium avec l'Europe connaissait son apogée, de nombreuses fabriques ont vu le jour dans toute la Chine, notamment dans les villes portuaires de Hong Kong et de Shanghai. L'une d'entre elle se dresse encore aujourd'hui dans le quartier de Jing'An, au nord du centre-ville de Shanghai, un beau bâtiment en brique au charme industriel magnifique. Mais au lieu du plaisir artificiel que procurait autrefois le jus de la capsule de pavot, les personnes qui travaillent ici aujourd'hui, s'adonnent surtout à l’ivresse par la couleur. Car depuis quelques années, l'ancienne fabrique d'opium est utilisée comme espace de coworking par le prestataire d’envergure mondiale WeWork.

« Je me souviens encore exactement de ma toute première impression », déclare Luuk Strijbosch, directeur communautaire de WeWork China, qui gère et coordonne l'antenne américaine de coworking dans l'Empire du Milieu. « Je venais d'arriver à Shanghai, il pleuvait des cordes ce jour-là, mais dès que je suis entré dans le bâtiment, j'ai pu ressentir une énergie incroyablement forte. » Aujourd'hui, après une reconversion et une rénovation rigoureuse mais soignée, l'ancien site de l'usine resplendit comme un hub animé et vivifié par des personnes bigarrées - 1 300 membres en tout - et par des réalisations architecturales encore plus colorées. Son endroit préféré - Strijbosch dit qu'on ne peut pas le blâmer pour cela - est l'atrium avec son escalier en acier vert qui monte en spirale comme une sculpture joyeuse.

Ceci grâce à l'entreprise chinoise de design et d'architecture Linehouse. Fondé en 2012, le cabinet est spécialisé dans les bureaux et l'architecture commerciale, ses concepts s'efforcent de combiner les influences traditionnelles chinoises avec un langage frais mais élégant. Briar Hickling, l'une des deux directrices générales de Linehouse déclare « Et je pense que le résultat est non seulement audacieux sur le plan culturel, mais qu'il transmet également un incroyable sentiment de joie, de chaleur et de sécurité. Où d'autre pouvez-vous trouver des fauteuils chics à l'allure vintage aux côtés du bois, de l'acier, du laiton, de papiers peints sauvages, de carreaux aux motifs fous et de céramiques chinoises traditionnelles ? Nous voulions construire un salon joyeux. Et je pense que nous avons réussi. »

La pièce maîtresse de l'usine revitalisée WeWork est l'ancienne cour, désormais recouverte de verre, élargie par une structure en acier et transformée en un grand atrium hétérogène. « Nous voulions vraiment célébrer cet espace », dit Hickling. Les ingrédients de ce bouquet luxuriant, rétro-tropicalo-oriental, sont un bar élégant et épuré, des meubles siècle dernier comme sortis du salon de grand-mère, des tissus à motifs sauvages, des matériaux mélangés de manière colorée, des lampes-globes qui semblent flotter, des plantes en caoutchouc assorties et beaucoup de couleur verte.

 

Le sol et le parapet ont été réalisés en terrazzo rayé de couleurs et de granulats différents. Le sol a été coulé en dur, tandis que la balustrade verticale a été livrée sur le site en pièces individuelles préfabriquées, puis fixée par collage minéral, poncée et huilée. « Cette partie était très coûteuse sur le plan matériel et logistique », explique la designer. « Et financièrement, le terrazzo dans ces quantités et méthodes de fabrication n'est pas exactement une affaire. Mais lorsque vous regardez l'ancienne base solide en pierre de ce bâtiment, vous remarquez immédiatement comment l'ancien et le nouveau engagent un beau dialogue l'un avec l'autre. D'une certaine manière, il me semble que nous devions au bâtiment de prendre cet élément et de le réinterpréter avec un matériau de construction moderne. »

 

 

Le terrazzo frais est complété par des matériaux visuellement chauds et tactiles tels que le bois, le textile et le laiton brossé. Le mobilier est un mélange sauvage de marques de tous les continents, de Tiwu à Muuto en passant par Why Not. Dans les couloirs, vous découvrirez des œuvres d'artistes contemporains. Et dans les toilettes et les salles de conférence, à quelques mètres d'intervalle, on trouve des papiers peints et des carrelages toujours plus inédits et fous, conçus par Briar Hickling elle-même avec sa partenaire Alex Mok. « Prendre plaisir à vivre et à travailler est quelque chose d'holistique, de global pour nous. » affirment-elles de concert, « Et lorsque vous prenez votre mission au sérieux, le travail de conception s'étend jusqu'au tout dernier joint de carrelage. »

WeWork exploite environ 800 espaces de coworking dans plus d'une centaine de villes du monde entier, y compris des destinations d'affaires exotiques telles que Haïfa, Suzhou et Monterrey. L'usine de 5 500 mètres carrés située à Jing'An est certainement l'un des paysages de coworking les plus puissants sur le plan spatial et les plus impressionnants sur le plan de l'atmosphère jamais créés par le fournisseur de plateformes basé à New York. « Au cours des dix dernières années, le coworking a énormément évolué », explique Luuk Strijbosch. « Plus encore que dans le travail concentré, il s'agit maintenant pour des personnes de différents secteurs et bureaux d'interagir les unes avec les autres et d'explorer les zones de friction pour la collaboration. Ici, dans ce lieu, nous avons créé un véritable centre de gravité où il est difficile d'échapper à ce magnétisme de la convivialité. » Une ivresse, comme à l'époque, mais différente.

 

Wojciech Czaja

 

© Linehouse / Jonathan Leijonhufvud