Magazine Contact #19 - Magazine - A propos de nous - Concept Wiesner-Hager - fabricant de mobilier de bureau
back

Il nous faut des bâtiments pour bureaux qui rendent heureux !

Magazine Contact #19

Philipp Kaufmann est un homme entreprenant avec du sang d’architecte dans ses veines, une caractéristique héritée de son père. Un diplôme en gestion d’entreprise et investissement combiné à une formation scientifique à l‘université technique de Vienne lui ont procuré le titre de “nomade immobilier entre théorie et pratique“ dans la presse. Nous avons parlé avec lui de son sujet préféré : le commerce immobilier durable.

M.Kaufmann, vous plaidez pour un commerce immobilier durable. Qu’en entendez-vous par la ?

Kaufmann : L’industrie de construction et l’industrie immobiliere ne peuvent plus ignorer l‘importance de la durabilité. Ce secteur est responsable d’une consommation des ressources d’environ 50 pourcents, d’une consommation d’énergie finale de 40 pourcents et des émissions du dioxyde de carbone de 30 pourcents. Il est donc impératif d’assumer la responsabilité de ses activités. Les nouveaux mots d’ordre seront transparence et qualité. C’est justement sur ce terrain, que Wiesner-Hager a apporté sa contribution. Wiesner-Hager est un bon exemple démontrant que des activités économiques et une transparence des données écologiques ne sont pas contradictoires. Des données transparentes créent plutôt de la confiance et une base pour des meilleures décisions.

 

En 2009 vous avez fondé la société ÖGNI (Société autrichienne pour une construction immobiliere durable) avec l’économiste Gunther Maier. Comment en etes-vous arrivé la ?

Kaufmann : Nous partagions l’idée commune que l’industrie du bâtiment et l’industrie immobiliere doivent concevoir activement un changement de paradigme intégrant la durabilité. Il y a trois devises décisives pour cette association d’utilité publique : la définition des standards internationaux, l’implantation dans la branche et l’exploitation du comportement du marché.

 

La société ÖGNI a développé le concept des 3 p (produits, processus et personnes). Pouvez-vous le préciser ?

Kaufmann : Il s’agit d’une vue globale qui inclut les 3 piliers : les produits (les biens immobiliers et les matériaux de construction), les processus (dans les entreprises ainsi que dans la coopération) et les personnes. Nos “produits” sont le systeme d’évaluation des bâtiments DGNB (Deutsche Gesellschaft für nachhaltiges Bauen – Société allemande pour une construction durable) pour des nouveaux projets et le BlueCARD qui est une sorte de protocole pour l’analyse des bâtiments existants. Au niveau des “processus“ les entreprises de l’industrie du bâtiment et de la branche immobiliere peuvent obtenir un certificat en remplissant les criteres éthiques. Ainsi l’intégrité, la transparence et le fair-play devront augmenter. Les “personnes” sont tous ceux qui sont assez compétents pour garantir la réalisation de la durabilité.

 

Comment fonctionne l’évaluation par le systeme DGNB ?

Kaufmann : Un auditeur accrédité dans la société ÖGNI sera chargé par le maître d’ouvrage. Celui-ci sera accompagné par l’auditeur sur son chemin vers le certificat : D’abord on définit les objectifs. Puis une déclaration d‘intention définitive pour la réalisation des objectifs du projet doit etre présentée par le maître d’ouvrage. Apres l‘examen positif de ces objectifs, un pré-certificat pourra etre attribué.

Une fois le bâtiment achevé, la société ÖGNI contrôle si les objectifs ont été respectés et le maître d’ouvrage recevra selon le taux de la réalisation des objectifs un label de qualité or, argent ou bronze.

 

Quels sont les avantages d’une certification ?

Kaufmann : Les bâtiments durables deviennent de plus en plus importants dans l’industrie de la construction, car ils réduisent le besoin en énergie, en eau potable ou en matiere premiere, tout en garantissant un certain confort et un niveau de vie pour ses utilisateurs. Une certification peut rendre visible ces qualités et la prise en compte de la durabilité sera ainsi profitable pour l’investisseur.

 

Comment les architectes et concepteurs accueillent-ils le systeme DGNB ?

Kaufmann : Ils représentent le plus grand groupe des membres de la société ÖGNI et ce sont eux qui ont développé le systeme dans une large mesure. Ce systeme leur sert d’instrument pour la planification dans toutes les étapes vers un Blue Building.

 

Quelle est l’influence des biens immobiliers sur le quotidien dans les bureaux ?

Kaufmann : Nous passons environ 92 pourcents de notre vie a l’intérieur des bâtiments. La santé des etres humains dépend de plusieurs facteurs. Les bâtiments peuvent meme rendre malade. Les scientifiques évoquent le syndrome du Sick-Building (SBS) et les premieres suppositions laissent craindre que 20 pourcents des maladies en proviennent (p.ex. maux de tete, toux, vertige, nausée, irritations de la peau). L’alerte que je lance est : Nous avons besoin de bâtiments, qui rendent heureux ! Il nous faut des bâtiments qui minimisent les déperditions écologiques et optimisent les qualités économiques et socio-culturelles – donc des Blue Buildings.

Les Blue Buildings sont les nouveaux Green Buildings. Quelle est la différence ?

Kaufmann : Ce perfectionnement était possible grâce a l’Union Européenne qui décerne aux bâtiments éco-efficaces le label Green Buildings. Il a fallu une nouvelle désignation pour les bâtiments qui ne sont pas seulement éco-efficaces, mais qui remplissent tous les autres criteres de la durabilité tels qu’écologie, économie et l’aspect socio-culturel : Blue Buildings.

 

Comment sont traités des bâtiments existants ? Est-ce qu’il est possible d’atteindre par une rénovation le statut d’un Blue Building et les couts sont-ils bien amortis ?

Kaufmann : Les objectifs de la durabilité peuvent uniquement etre atteints en intégrant également les bâtiments déja existants. La brique déja produite il y a longtemps devrait etre exploitée le plus possible – n’est-ce pas ? C’est exactement la raison pour laquelle les membres de la société ÖGNI ont créé la BlueCARD, un certificat de conformité pour les bâtiments existants afin d’établir une certaine transparence. Les technologies modernes permettent d’améliorer l’efficacité énergétique d’un bâtiment existant de 50 a 60 pourcents et meme plus.

S’abonner au magazine !

Etre toujours au courant grâce au magazine.