Magazine Contact #20 - Magazine - A propos de nous - Concept Wiesner-Hager - fabricant de mobilier de bureau
back

C’est dans la boîte

Magazine Contact #20

A Melbourne, une branche de la société australienne d’expédition Royal Wolf travaille avec un composant de sa propre activité. C’est seulement au deuxième coup d’oeil qu’on remarque les conteneurs inclus dans l’élégante construction abritant ses bureaux. 14 caisses d’acier en tout, mises au rebut après leur obsolescence comme conteneurs et utilisés pour commencer une deuxième vie.

Quelque part a la peripherie de Melbourne, semblable a n’importe quelle autre banlieue de par le monde lorsque l’habitat fait place aux stations-service, aux concessionnaires automobiles et aux emballages cartonnes de burgers, ils apparaissent soudain comme surgissant de nulle part : De loin, les sombres, presque noirs, bungalows de bureaux ressemblent a une oeuvre d’art moderne de Ludwig Mies van der Rohe peutetre, et evoquent un peu la structure carree, dans une version reduite, de la Galerie nationale de Berlin.

≪ C’est incroyable tout ce que l’on peut tirer de ce materiau ≫, dit Aaron Roberts. Il est directeur de projet chez Room 11 Architects et a accompagne l’inhabituel assemblage jusqu’au dernier tour de vis. ≪ Pour etre honnete, je me suis senti comme catapulte dans un processus de creation propre a l’enfance. C’est comme construire quelque chose avec des cubes ou des briques Lego. ≫ De fait, le nouveau siege de la societe Royal Wolf est fait de caisses d’acier commerciales et de conteneurs pour le fret maritime mis au rebut.

 

Royal Wolf est une societe d’expedition pour le transport par route, rail et voie maritime. Elle loue et conditionne egalement des conteneurs selon les besoins. ≪ Nous voulions rendre visible l’activite-meme de cette entreprise ≫, explique Roberts qui avait remporte l’appel d’offre du concours d’architecture organise par Royal Wolf, et qu’on ecoute avec plaisir lorsqu’il s’exprime en termes hauts en couleur et se refere a la theorie architecturale de la revolution francaise, l’ainsi nommee ≪ architecture parlante. ≫ ≪ Et nous voulions presenter l’entreprise de facon aussi pragmatique qu’authentique. Je pense que c’est pour cela que le commanditaire nous a choisis. ≫

 

L’elegance toute en retenue, typique chez Roberts, a ete un choix conscient. Tous les Australiens connaissent les conteneurs bleus a tete de loup jaune, et l’omnipresence de cette image criarde dans le paysage est legitime. ≪ Pourtant des que quelque chose, par nature en mouvement, ralentit et jusqu’a muter vers l’immobilier, il faut developper une apparence plus sobre et discrete. C’est ce que nous avons fait. ≫

 

Bien que les conteneurs comptent a leur actif plusieurs dizaines de milliers de miles terrestres et nautiques, cela se devine a peine. Dix conteneurs maritimes, longs de 20 pieds, et quatre, long de 40 pieds, mis au rebut ont ete ici assembles. Afin de parer au climat parfois tres chaud du sud de l’Australie, ils ont

ete amenages d’une facade interieure supplementaire et d’une isolation thermique intermediaire de 15 cm d’epaisseur. Pour offrir l’acoustique necessaire a l’interieur, le plancher est en liege mou apparent et la peau d’acier du plafond et des murs a ete redessinee.

 

De l’immensite des mers on ne percoit vraiment rien dans ces acteurs de transport revisites, guere plus du chaos de la route. Alors que, pour l’essentiel, les bureaux du Royal Wolf coupent du monde exterieur, ils s’ouvrent de l’interieur grace a de petits ou grands atriums de verdure presentant herbes, arbustes et arbres. La les parois d’acier ont fait place, du sol au plafond, a du verre plein et des portes coulissantes. Ici et temporairement point de stigmate industriel. Les 14 postes de travail que compte actuellement le bureau brillent par leur esthetique blanche et sobre qu’une galerie d’art ne renierait pas. Dans la cour interieure, il en va de meme pour la terrasse des pauses dejeuner.

 

≪ On ne peut pas, depuis le cargo, hisser un conteneurapres l’autre et y installer de suite un poste de travail ≫, explique l’architecte. ≪ Et meme si on tient compte de la necessite d’amenager une isolation thermique, acoustique, d’installer des fenetres et de nouveaux revetements a l’interieur, une telle construction reste plus rapide et meilleur marche qu’un projet similaire traditionnel. ≫ Le batiment a coute 900.000 dollars australiens, 650.000 euros tout rond. ≪ Et la ou existe deja un projet architectural auquel il suffit d’ajouter des modules d’un coup de verrou tournant, clic-clac, ce n’est pas rien ! ≫

Plus que tout il importe a Aaron Roberts qu’on ne galvaude pas la durabilite et le recyclage, termes dont on abuse souvent. ≪ Assembler une telle structure avec des conteneurs neufs et inutilises serait ecologiquement insense. Parce que rien qu’avec l’acier de ces caisses, une grande quantite d’energie grise a deja ete consommee. Mais si ce cas se presente quand meme, nous avons recours a des elements qui auraient de toute facon atterri a la casse ou a la decharge. ≫ Tant que l’humanite expediera des marchandises au-dela des mers, tant qu’il y aura des conteneurs et des societes d’expedition sur terre, il y aura des architectes tels que Roberts pour contribuer precieusement a l’economie des ressources et de la protection de l’environnement.

 

Wojciech Czaja

S’abonner au magazine !

Etre toujours au courant grâce au magazine.