Magazine Contact #20 - Magazine - A propos de nous - Concept Wiesner-Hager - fabricant de mobilier de bureau
back

Fil métallique + Markus Moser = WireART

Magazine Contact #20

Markus Moser, né 1970 à Linz, a un penchant excessif pour le fil métallique. Il fabrique des objets graciles et réduits en fil métallique à l’échelle de 1:1. Le monde qu’il crée ainsi est un monde entre illusion et réalité. Le contemplateur perçoit des histoires fantastiques dans sa tête. Même des sièges de Wiesner-Hager, déclassés depuis longtemps, ont pu lui servir de modèle.

≪ Ce qui me fascine, c‘est que les objets ont a premiere vue l’air de dessins ≫, explique Moser. Mais c'est seulement au deuxieme coup d'oeil que les sculptures deploient un effet stereoscopique. A la fin de son apprentissage de serrurier, le haut-autrichien va vers Vienne ou il a obtenu le baccalaureat a l’ecole technique superieure pour construction mecanique. C‘est tres tot qu’il a vu que le travail de bureau n’etait rien pour lui. Il a donc decide de revenir a ses premieres amours. En 2007 il a finalement realise le reve qu’il a depuis longtemps : l’installation d’un petit atelier pour travailler le metal, prevu pour des travaux amateurs de serrurerie. Qu’est-ce qu’il en est advenu ? Un atelier d’art ou des objets en fil metallique qui ont l’air d’etre dessines sont realises. Ils se sont entre-temps fait connaitre sous le nom de ≪ WireART ≫. Une vieille vespa ici, des sieges mi-bois, mi-fil metallique la, un panneau la-bas et accroches au mur, des objets en fil metallique qui representent l’artiste en grandeur nature. Une guitare dans une poubelle au milieu de tous ces objets symbolise la fin de toutes ses tentatives pitoyables d’apprendre un instrument de musique. Moser exprime ses pensees et ses idees par un intermediaire tres specifique. Depuis 2010 il est membre d’une association des artistes (Kunstlergilde) a Wels et du Kunstforum Salzkammergut. Dans l’interview il nous raconte qu’il a trouve son materiau, le fil metallique, par hasard.

 

Vous êtes propriétaire d’une entreprise de fabrication de logiciels et en même temps artiste en travaillant le fil métallique. Est-ce une contradiction ?

 

Moser : Pour moi ce n’est pas une contradiction, mais un parfait equilibre. Le toucher est tres important pour moi et j‘aime travailler avec mes mains. Le developpement de logiciel est fait, pour l’essentiel, dans la tete et le resultat est une prestation de service, donc quelque chose qui n’est pas concret. Les oeuvres en fer metallique pourtant sont la mise en forme de mes pensees et mes idees au sens propre du mot. Une forme dans le sens d’une oeuvre d’art. Franchement, apres 25 ans dans ce metier de developpeur logiciel je ressentais un certain mecontentement un manque d’equilibre. Par ces objets en fil metallique je cree une certaine balance, une compensation du travail intellectuel. Entre-temps l’importance de la part artistique joue de plus en plus un grand role dans ma vie et s‘approche a celui de la part professionnelle.

 

D’où vient votre idée de former des objets en fil métallique?

Moser : C’etait du hasard pur ! Dans mon atelier j’ai souvent bricole des travaux de serrurerie pour du mobilier de jardin ou des rampes.

Les materiaux necessaires ont ete livres entoures des fils metalliques que je gardais  dans mon atelier. Un jour j‘ai commence a jouer avec ces restes de fil metallique et ainsi il me vint cette idee de former des objets reels.

 

D’où vient votre inspiration ?

 

Moser : C‘est le quotidien. Cet art de travailler le metal m’a amene a developper une marotte : Je decompose tout ce que je vois dans ma tete en lignes. Je porte toujours un cahier de brouillon avec moi pour noter des impressions particulieres. Si une idee se fixe dans ma tete, je la realise. Actuellement je travaille de plus en plus avec des formes naturelles, c’est a dire avec des choses qui figurent dans la nature. Par exemple je suis en train de realiser l’inflorescence avec l’akene de l’aigrette (pissenlit) en fil metallique.

 

Vous avez fabriqué un objet en fil métallique avec des sièges Wiesner-Hager. Qu’en est-il ?

 

Moser : Lorsque j’ai depose des ordures de mon atelier a la dechetterie, j’ai remarque quatre sieges dans un container pour bois. Ils etaient beaux et dans un etat impeccable. Il s’agissait des sieges dont j’ai bien connu la forme depuis mon enfance. C’etaient des sieges souvent installes dans des salles de ceremonie. Je me suis chope ces sieges et je les ai transbahutes dans mon atelier. Un jour j’ai remarque leur construction modulaire et demontable et ainsi l’idee m’est venue de combiner un siege original avec une illusion en fil metallique. Puis j’ai commence de transformer par etapes les sieges du bois en fil metallique.

 

Où présentez-vous vos oeuvres ?

Moser : J’ai installe un show-room au premier etage de mon atelier a Scharnstein (Haute Autriche) qui a un grand succes. En plus je presente mes oeuvres temporairement dans des galeries, des musees ou aux foires d’art. L’annee derniere par exemple il y avait une exposition dans la galerie Galleria Jangva a Helsinki (Finlande) exclusivement avec mes oeuvres. Les sieges de Wiesner- Hager en fil metallique peuvent etre visites actuellement au show-room de Wiesner-Hager a Altheim.

 

Pour toutes informations mises à jour visitez le site

www.wireart.at

S’abonner au magazine !

Etre toujours au courant grâce au magazine.