Magazine Contact #25 - Magazine - A propos de nous - Concept Wiesner-Hager - fabricant de mobilier de bureau
back

Maison (ou) bureau : Des univers de bureaux ambivalents entre le « moi » et le « nous ».

Magazine Contact #25

C’est un fait incontestable que l'hébergeur WordPress.com a délaissé son bureau physique. Autre fait avéré : IBM, Yahoo et de nombreuses autres entreprises ramènent les employés au bureau. L'écart entre ces deux mondes reflète les nombreuses questions sans réponse quant à la conception des bureaux et la culture d'entreprise d'aujourd'hui.

Cet été, tombait une nouvelle qui sonnait l'alarme auprès des psychologues industriels, des chercheurs en tendances et des économistes : en juillet, la société de technologie américaine Automattic, qui exploite le service d'hébergement web mondialement reconnu WordPress.com, annonçait le démantèlement de son bureau physique de San Francisco. Depuis quelques semaines, le très chic loft de la 29e rue à Bernal Heights, un entrepôt rénové en 2013 dans le sud de la ville, est disponible à la location sur la plateforme immobilière Colliers International.

Les raisons ayant pesées dans cette décision n’étaient guère économiques, mais plutôt sociales, logistiques et interpersonnelles. Sur les 550 employés qui travaillent pour Automattic San Francisco, de moins en moins prenaient le chemin du classique lieu de travail. Certains jours, on s’en souvient, seules cinq personnes étaient présentes au bureau au même moment. « Nous libérons nos employés là où ils veulent travailler », a déclaré le porte-parole de l'entreprise, Mark Armstrong. « Si quelqu'un préfère travailler à la maison, au Starbucks ou dans un espace de coworking commercial, ses coûts lui seront remboursés. »Un remboursement mensuel est applicable jusqu’à hauteur de 250 dollars.
La décision inhabituelle prise par Automattic a également fait sensation parce que cette résolution opère un virage à 180 degrés par rapport à toutes les tendances connues. « Dans le monde entier, on parle de coworking, de partage de bureau, d'image de marque, de culture de communication et de bien-être sur le lieu de travail. Soudain, une entreprise se dissout physiquement », explique Christian Blind, psychologue du travail à Salzbourg, client de Wordpress et qui a déjà utilisé certains services d'hébergement Web là-bas.

Le résultat : La composante émotionnelle est perdue, l'équipe se décompose, l'identité d’entreprise classique se dissout de plus en plus. « C’est le plus grand danger que je vois dans la résilience décroissante de l'entreprise. Plus les gens travaillent de manière indépendante et décentralisée, moins on les contrôle en temps de crise. À un moment donné, l'entreprise agonise. Sa viabilité semble impactée. »
Ailleurs, ce danger a depuis longtemps été identifié. IBM, Yahoo et beaucoup d'autres entreprises, ramènent leurs employés au bureau avec des offres de confort et de communication attrayantes, ceci quelques années seulement après les avoir envoyés au Home Office et au nomadisme bureaucratique.

Nous sommes une entreprise dans laquelle de nombreux employés travaillent sur le terrain ou dans des bureaux nomades », explique Rainer Christofori, chef de projet, de la stratégie immobilière et des opérations chez IBM. Récemment, les travaux de reconstruction du quatrième étage au siège situé près du canal du Danube à Vienne-Leopoldstadt ont été achevés. « Nous avons complètement restructuré et réaménagé le bureau. Cette transformation signifiait que nous voulions offrir une nouvelle base à nos employés. » L'offre, élaborée en étroite collaboration avec les utilisateurs, comprend différents types de postes de travail, des « Quiet Rooms », des cabines téléphoniques acoustiques et divers espaces de loisirs. Nous sommes particulièrement fiers du Work Café, où des réunions de plus en plus informelles et spontanées sont organisées. Une évaluation précise est toujours en cours.
En conséquence : « Il y a beaucoup plus de gens au bureau qu'avant », dit Christofori. Maintenant, le concept devrait également être appliqué aux autres étages.

Bernhard Kern, dirigeant de Roomware Consulting GmbH, voit également une défiance manifeste envers le bureau à la maison. « Le désir de décentralisation diminue. Les entreprises ont de nouveau tendance à vouloir avoir l'équipe avec elles et à regrouper ses compétences en un seul endroit. » Contrairement à ce qu’on a connu dans le passé, le phénomène du travail à domicile est aujourd'hui limité à certains employés. En général, le consultant conseille d’envisager ces décisions majeures au cas par cas : « Sans bureau, vous augmentez la flexibilité et la responsabilité personnelle des employés. Avec le bureau, cependant, le sentiment d'appartenance, le lien affectif envers l'entreprise et la résilience globale de celle-ci augmentent. » Il n'y a pas de formule magique. Ceci est montré par l'ambivalence actuelle et les tendances contradictoires entre le moi et le nous. En cette période d’instabilité et de constante évolution de la culture du travail, il faut s'attendre à ce que les écarts augmentent encore davantage au cours des prochaines années. Qu’en dit Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook ? « Pour une génération qui valorise à la fois la flexibilité et la stabilité, un modèle hybride est le meilleur. Déterminez si vous préférez investir dans le travail de bureau ou à distance. Et ensuite, créez un système qui permette à certaines personnes de s’en affranchir et de faire le contraire. »

 

Wojciech Czaja

S’abonner au magazine!

Etre toujours au courant grâce au magazine.