Magazine Contact #26 - Magazine - A propos de nous - Concept Wiesner-Hager - fabricant de mobilier de bureau
back

Les fondations du nouveau monde du travail : Le nouvel apprentissage

Magazine Contact #26

Dans de nombreuses écoles et universités, on se fait encore une vieille idée des travailleurs : on évalue, on élabore un profil, on définit les compétences et les faiblesses et on conçoit un programme scolaire qui est le même pour tous. Mais le travail a changé. De nouvelles exigences s’y invitent, un travail autonome est requis mais également un esprit d’équipe. Le nouveau travail ne frappe pas seulement à la porte, il est déjà là, dans le bureau. Le système éducatif s'adapte lentement au nouveau monde du travail et avec lui l'architecture des institutions éducatives. Nous avons questionné Gerhard Wittfeld, directeur du renommé cabinet d'architecture kadawittfeldarchitektur, à propos de sa propre expérience.

Si on examine de plus près vos références, on remarque que vous avez également planifié et aménagé de nombreux établissements d'enseignement.

Wittfeld: Nous traitons d'architecture, de design d'intérieur, d'urbanisme et de projets urbains. Les bâtiments éducatifs ne sont pas une cible consciente de notre champ d’action. En plus des établissements d'enseignement, notre portefeuille comprend également diverses typologies telles que des immeubles administratifs et de bureaux, des immeubles résidentiels, des projets de bâtiments commerciaux et de foires commerciales, des bâtiments de santé et de recherche, des installations sportives et des bâtiments culturels et industriels. Cependant, planifier des bâtiments pour les jeunes de notre société, qui passent une grande partie de leur croissance à la maternelle et à l'école, est une tâche que nous considérons comme particulièrement responsable.

 

Qu'avez-vous particulièrement appris en travaillant sur ces édifices à vocation éducative ?

Wittfeld: Dans ces bâtiments, on enseigne et on apprend, la connaissance est développée, au mieux on répondra aux questions fondamentales relatives à notre coexistence. Il ne peut être question d'une typologie homogène. Les amphithéâtres, les laboratoires de recherche, les bibliothèques et les bâtiments de service associés sont fondamentalement différents. Ce qui unit toutes les formes de ce type divers de construction, c'est l'équilibre entre le caractère public et la concentration – les deux doivent se combiner équitablement dans les bâtiments éducatifs, ainsi que la valeur sociale et une fonction concrète.

 

Sur quoi portez-vous une attention particulière lors de la restructuration d’établissements d'enseignement ?

Wittfeld: L'architecture des bâtiments éducatifs doit être invitante et protectrice, structurée de manière pragmatique et en même temps ouverte sur l'avenir. Les écoles ne sont pas seulement des lieux d'apprentissage, mais aussi des lieux de vie qui doivent offrir des espaces pour répondre à des besoins différents. Il s'agit de créer un lieu de transmission des connaissances, mais aussi de contribuer à l’épanouissement et au développement individuels des élèves. Par rapport aux concepts précédents, il faut aujourd'hui des salles qui prennent en charge de nouveaux formats d'enseignement et d'apprentissage et permettent des concepts pédagogiques alternatifs. En outre, l'architecture des bâtiments éducatifs euxmêmes peut remplir une « tâche d'enseignement » et contribuer de manière significative au développement précoce d'un sens de l'espace et de sa compréhension chez les enfants et les adolescents.

  

Sur quels projets d'établissements d'enseignement travaillez- vous actuellement et avez-vous récemment livrés ? Quelles attentes ont été placées en vous ?

Wittfeld: Pour l'Université allemande du sport de Cologne, nous sommes sur le point d'achever la construction d'un laboratoire scientifique et médical sur le campus de Sportpark Müngersdorf. Comme l'Université du Sport de Cologne jouit d'une très bonne réputation en Allemagne et parfois même dans toute l'Europe, il s'agit d'un projet attrayant. Il était important pour nous d'établir un emplacement central pour la communication sur le campus en plus du programme spatial requis.

Le bâtiment de la faculté HC de la Bergische Universität Wuppertal est un autre projet achevé et inauguré l'année dernière. C'est une extension de la Faculté d'Architecture et de Génie Civil sur le campus Haspel à Wuppertal. Le bâtiment a reçu un rez-de-chaussée ouvert qui traverse le campus sous le bâtiment et constitue une entrée épique et saisissante pour le campus. L'espace d'exposition, la cantine et l'auditorium au rez-de-chaussée forment le niveau « Campus » public, tandis que les séminaires et les espaces de travail ci-dessus peuvent également être utilisés pour des projets interdisciplinaires si nécessaire. Pour nous, un aspect particulier de ce projet était que nous pouvions planifier pour les étudiants en architecture, c'est-à-dire pour la prochaine génération de notre propre guilde.

 

Les étudiants et les enseignants sont-ils impliqués dans le processus de planification ?

Wittfeld: Idéalement oui. Une évaluation des besoins dans la situation de départ et la mise en oeuvre de processus participatifs est indispensable pour identifier les désirs et les besoins des utilisateurs, des commanditaires et des autres parties prenantes, ainsi que les exigences fonctionnelles et pédagogiques propres au site de formation.

 

Que signifie « nouveaux apprentissages » pour vous ? Comment l'architecture peut-elle soutenir et même promouvoir de nouveaux apprentissages ?

Wittfeld: L'architecture offre de nombreuses possibilités et crée des fondations spatiales pour soutenir les nouvelles voies du système éducatif. Le travail autonome des élèves, le soutien individuel, les cours qui se chevauchent en classe et en âge, ainsi que d'autres modèles d'enseignement, traduisent un changement de paradigme dans les écoles modernes qui nécessite une offre spatiale spécifique. Grâce à l'introduction des leçons toute la journée, des aspects tels que les loisirs, l'exercice, la détente et le repos sont considérés comme des éléments importants de la vie scolaire quotidienne que l’on intègre dans la planification des bâtiments éducatifs. Contrairement aux salles de classe traditionnelles, il faut aujourd'hui des salles qui permettent et favorisent ces formats de « nouveaux apprentissages ».  

 

Le projet IMC FH Krems a été achevé en 2012. Qu'est-ce qui distingue cette extension de l'Université des Sciences Appliquées ?

Wittfeld: Le projet, à nos yeux d’une très haute qualité, concerne le campus IMC Krems, lequel est le fruit d’un plan directeur de Dietmar Feichtinger. En conséquence, nous étions heureux de travailler sur une extension. La chose spéciale pour nous planificateurs était la combinaison de règlements de construction stricts et d’un site de construction plutôt petit avec un programme spatial très complexe. Le défi consistait à organiser le programme spatial de telle sorte que, malgré une densité élevée, des espaces à vivre de qualité soient créés. Nous avons conçu la zone centrale comme un foyer vertical, qui est reconnaissable par le revêtement en lambris à tous les étages et par des espaces d'air et de grandes fenêtres permettant une variété de références visuelles.

 

© Foto: Werner Huthmacher, Berlin

S’abonner au magazine!

Etre toujours au courant grâce au magazine.