Magazine Contact #29 - Magazine - A propos de nous - Concept Wiesner-Hager - fabricant de mobilier de bureau
back

Monde du travail à l’épreuve des chocs culturels.

Magazine Contact #29

Autres pays, autres coutumes. Cela se reflète notamment dans la façon dont nous concevons nos bureaux. En raison de la mentalité, des coûts de location et des besoins individuels d'espace, il n'y a pas que des kilomètres mais des mondes entre l'Asie, l'Europe et l'Amérique.

Monsieur Hulot erre dans les couloirs et ne comprend plus le monde. Comme dans une fourmilière futuriste, les employés courent d’un point A à un point B à pas de l’oie, transportant des dossiers, arrachant frénétiquement des feuilles du magasin des machines à écrire, ignorant tous leurs anonymes collègues à gauche. Enfin, à la 22e minute, le monsieur au manteau, au chapeau et au parapluie atterrit sur une galerie de verre et regarde de haut les nombreux petits cubicules qui se sont gravés dans la mémoire collective du cinéma. La satire cinématographique « Playtime » du cinéaste français Jacques Tati, sortie en 1967, est une critique de la modernité, et du design, de nos espaces de vie et de travail de plus en plus dénués de caractère.

 

Aujourd'hui, les cubes standards gris et beige, comme le montrent de manière impressionnante les scènes de bureau dans de nombreux longs métrages américains, se trouvent principalement dans les secteurs économiques et financiers. D'une part, les cloisons de séparation à hauteur d'épaule permettent un travail concentré dans une relative sphère privée avec protection acoustique et sans éblouissement de l'écran, tandis que d'autre part, on peut toujours avoir, debout, une instructive vue d'ensemble (et un contrôle) sur ses subordonnés.

 

Mais il y a aussi des situations de travail surprenantes et parfois choquantes chez les architectes. L'étoile filante japonaise Junya Ishigami et son équipe sont assises dans une ancienne discothèque à Roppongi, au milieu des fourrés de Tokyo, dans une cave de 400 mètres carrés sans vue. « Quand j'ai fondé mon bureau, j'ai dû me décider : petit bureau avec vue ou grand bureau sans vue ? Mais je l'avoue : même si vous avez beaucoup d'imagination en tant qu'architecte et une très bonne imagination spatiale et atmosphérique, nous avons tous envie d'un bureau avec une fenêtre. En définitive nous voulons voir leciel. »

 

 

Les deux lauréats du prix Pritzker, Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa, qui dirigent le bureau de la SANAA, ont travaillé pendant de nombreuses années dans un entrepôt dans le sud de Tokyo. Par un escalier métallique raide, de petites étiquettes sur les portes, on accède à un bureau lumineux et bien meublé où chaque employé - en raison des coûts de location exorbitants - a une largeur de bureau d'environ 80 centimètres. Horaires d'ouverture : de 14h00 à minuit. Ce créneau inhabituel est principalement dû au fait que SANAA ne construit pas seulement au Japon, mais gère également de nombreux projets en Europe et aux Etats-Unis.

 

En Europe et en Amérique du Nord, en revanche, l'aménagement des bureaux est généralement l'expression de la culture et de la philosophie de l'entreprise : chez Christoph Ingenhoven à Düsseldorf, les employés sont assis devant un bureau central de plusieurs dizaines de mètres de long. Dans le bureau parisien de Lacaton & Vassal, un ancien bâtiment industriel avec un sol en béton, les orchidées de la serre reçoivent au moins autant d'attention que les gens. Et chez Hermann Czech au centre-ville de Vienne, vous disparaissez littéralement derrière des piles de livres et des étagères aux portes vitrées jusqu’au plafond.

 

Wojciech Czaja

S’abonner au magazine !

Etre toujours au courant grâce au magazine.